Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 13:18

Ici sont listés tous les sites (anciens et actuels) utilisant la force hydraulique : moulins, huileries, tissages-filatures, scieries. Sans compter les petites turbines qui devaient équiper certaines fermes du secteur.

 

Cette liste a été établie avec mes connaissances personnelles, en étudiant d'anciennes cartes (carte Cassini, carte d'Etat Major,  carte IGN, ...) ou avec des ouvrages d'histoire locale (de Dom Galli, de l'abbée Jean-Joseph Claude Descharrières).

Tous ces sites ont éxisté à un moment ou un autre, mais ils n'ont pas forcément tous été en activité en même temps.

 

Il se peut que j'oublie certains sites, n'hésitez pas à me le dire.

 

Au Val d'Ajol nous avions donc une bonne cinquantaine de sites :

 

- Sur la Combeauté (17 sites) :

  • * La scierie d'Hérival (appartenant à M. Colnot dans les années 1950, disparue aujourd'hui),
  • * La scierie domaniale du Breuil,
  • * La scierie Lalouette (appartenant à M. Petitjean dans les années 1950),
  • * La scierie du Bas d'Herival (scierie Cambrésienne appartenant à M. Massin dans les années 1950),
  • * La Manufacture de fer battu à Faymont (entreprise De Buyer),
  • * L'usine de tissage des Chênes,
  • * L'huilerie à Bouchatel,
  • * L'usine de tissage de la Croix (appartenant à Sick et Cie dans les années 1950),
  • * L'usine de tissage Fleurot - Baudin et Cie,
  • * La scierie Remy, au centre bourg. Elle était à l'emplacement de l'actuel hôtel de ville (la scierie a exisé jusque vers 1910 : date de construction de l'hôtel de ville),
  • * Le moulin Rapenne (ancienne usine Bezanson),
  • * La scierie Richard (aujourd'hui entreprise de maçonnerie Bontempi),
  • * L'usine de courroies, appartenant à M. Depreux,
  • * La scierie Vincent à la Battelieule,
  • * Le moulin Claude à la Battelieule,
  • * Le moulin Martenneau à la Battelieule,
  • * L'usine de Construction Mécanique de Larrière : Société Parisse et Cie.

Remarque : Le tissage de Courupt (appartenant à la famille Herzog) ne devait pas utiliser l'énergie hydraulique (?)

 

- Sur le ruisseau du Géhard et ses affluents (4 sites) :

  • * Le Moulin Picard au Girmont (attesté au XVIIIème Siècle sur la carte de Cassini),
  • * La scierie de la Vigotte,
  • * La scierie du Villerain,
  • * Le moulin du Géhard (Le Chat Noir),

 - Sur le ruisseau du "Champ de la Pierre" ou du Dropt (1 site) :

  • * Une turbine fournissait l'électricité à la scierie du Dropt, au Girmont.

 - Sur le ruisseau de Faymont (2 sites) :

  • * Petit site hydraulique au Clos Méline (en amont de la cascade),
  • * La scierie de Faymont (anciennement Lecuve et Cie et Grandjean).

 

- Sur le ruisseau de la Houssière et du Sauceley  (5 sites) :

  • * L'huilerie dans les fonds de la Broche,
  • * Le moulin à tan du Sauceley,
  • * Le moulin de la Houssière (appelé aussi moulin Deschaseaux, attesté en 1784 par archives personnelles) : qui a été replacé vers 1830 derrière le corps de ferme (la roue a existé jusqu'à l'électrification du hameau fin des années 1950. Seule la prise d'eau existe toujours,
  • * Le "Vieux moulin de la Houssière" situé en contre-bas du hameau (attesté sur la carte du XVIII ème de Cassini, en ruine),
  • * Le moulin de Courupt (a remplacé le vieux moulin de la Houssière au début des années 1900).

- Sur le ruisseau du Pied du Mont  (1 site) :

  • * Petit site hydraulique au Pied du Mont

- Sur le ruisseau de Méreille (la Combelotte) (9 sites) :

  • * Un moulin aurait existé aux Faings Potots (restant à vérifier)
  • * Le moulin de Méreille,
  • * Le moulin de la Grange Flaon, commune de la Montagne (70) sur petit affluent du ruisseau de Méreille,
  • * Le moulin des Mousses (au niveau de la prise d'eau du canal de l'ancienne usine des Mousses),
  • * L'usine des Mousses (aujourd'hui en très grande partie démolie, mais une turbine produit encore de l'électricité). La filature des Mousses faisait partie du Groupe Koechlin. Début 1900, Roger Seyrig (1871-1935) rachète l'importante affaire de filature à Belfort de Georges Koechlin, qui comprend : la filature de Belfort, une filature à Luxeuil-Saint Sauveur, les filatures des mousses au Val d'Ajol, une filature à Kayserberg, l'affaire de tissage Dollfus et Cie à Belfort ainsi qu'une bonneterie Wasmer Rap à Riedisheim. Mais en 1960, les activités du Val d'Ajol ont été regroupées dans l'usine de Saint Sauveur (70).
  • * Le moulin d'Hamanxard,
  • * L'usine Thomas de Leyval (derrière l'ancien café des Carrières),
  • * Le moulin entre Moyemont et Outremont (attesté sur la carte du XVIII ème de Cassini),
  • * L'usine de Méreille (ancien tissage, aujourd'hui entreprise Parisse : métallurgie).

- A la Chaume (2 sites) :

  • * Le moulin Banvoie sur la route de la Chaume (en montant la côte d'Agnal, attesté sur la carte du XVIIIè Siècle de Cassini),
  • * Le moulin l'Ermite (ou Hermite ou moulin aux Oiseaux) sur le ruisseau des Novelots.

- A la Croisette (4 sites) :

  • * Le Petit Moulin (huilerie),
  • * Le moulin Taqueré (attesté sur la carte du XVIII ème de Cassini),
  • * Le moulin à l'Etang Simonin (une partie de la meule est encore visible sur place).
  • * le moulin de l'étang des Prêtres (un petit moulin aurait existé à la sortie de l'étang : vu sur une ancienne carte des années 1800/1850)   

- Sur l'Augronne (3 sites sur le Val d'Ajol) :

  • * La scierie du Hariol (appartenant à M. Vincent dans les années 1950),
  • * Le moulin des Boulottes (appartenant à M. Saire Gabriel dans les années 1950),
  • * La scierie Grison aux "Paris" (appartenant à M. Grison Auguste dans les années 1950),

- Sur le ruisseau des Scieries (ou de Saint-Antoine) :

  • * Le moulin Joly au Roulier,
  • * Les 3 scieries qui ont donné le nom au secteur.

- Sur le ruisseau de la Croix (1 site) :

  • * Le moulin des Charrières

 

Cartes localisant les différents sites :

1. Secteurs Les Chênes - Laitre - Battelieule - Larrière - La Chaume - Leyval - Hamanxard - Les Mousses :

    Carte-IGN_Val-d-Ajol-1--copie-1.jpg

2. Secteurs Les Mousses - Méreille :

Carte-IGN_Val-d-Ajol-2-.jpg

3. Secteurs Girmont - Faymont - Hérival :

Carte IGN Val-d'Ajol(3)-copie-1

4. Secteurs Hariol - Le Roulier :

Carte IGN Val-d'Ajol(4)-copie-1   

5. Secteurs La Croisette - Les Charrières :

Carte-IGN_Val-d-Ajol-5-.jpg

Source fonds de carte : « © IGN » (www.geoportail.gouv.fr)  

 

Article mis à jour le 22/12/2014  

Repost 0
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 23:48

Afin d'illustrer la liste des moulins au Val d'Ajol voici quelques vues anciennes (cartes postales anciennes) et/ou des photos récentes prises par mes soins. Il n'y a pas de photo pour chaque site malheureusement.

Les photos sont mises en ligne progressivement.

  • La scierie d'Hérival :

A part une lithographie des années 1860/1880 où l'on aperçoit la scierie d'assez loin en arrière plan, je n'ai aucun cliché de cette scierie et étant trop jeune pour l'avoir connue je ne me rappelle que vaguement des dernières ruines qui ont été rasées au début des années 90. Elle fonctionnait encore dans les années 50/60, si vous avez des photos je suis preneur bien sûr ;-)

Voici un extrait de la vue de la lithographie :

gravurehrival005


  • La scierie domaniale du Breuil :

Il est beaucoup plus facile de trouver des vues de cette scierie, elle était appréciée par les photographes de l'époque, ainsi voici quelques cartes postales anciennes de la scierie du Breuil des années 1900/1920 environ :

Sans-titre2.jpg

Scierie-du-Breuil_1909.jpgSans-titre-copie-1.jpg

Sans-titre1.jpg

  • La scierie Lalouette :

A l'heure d'aujourd'hui je n'ai pas connaissance de l'existence d'une carte postale ancienne de cette scierie, les bâtiments existent toujours mais je n'ai pas encore de photo à proposer.

  • La scierie du Bas d'Hérival :

Plusieurs cartes postales existent, dont celles-ci :

 

A SUIVRE... 


Repost 0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 14:03

J'ai retrouvé, un peu par hasard,  la trace d'un ancien meunier du Moulin du Pont de Pierre :

 

Eugène PIERRE, né en 1890 et décédé en 1982 (à 92 ans) fût meunier au moulin du Pont de Pierre puis de Grange la Ville (en Haute-Saône).

Deux de ses frères auraient été Meunier directeur du moulin-coopérative d'Uzemain (René : 1902-1987) et de Bains les Bains (Léon : 1902 - 1989).

 

La famille PIERRE est une famille de meunier si l'on en croit les ascendants d'Eugène PIERRE.

En effet, son père Joseph, né en 1864 - décédé en 1938, était meunier au Hariol (commune du Val d'Ajol), tout comme son grand père Eugène (également) né en 1826 - décédé en 1882, qui était meunier également au Hariol et son grand oncle Jean François, né en 1823 - décédé en 1871.

  

Moulin Pont de Pierre 001

 

Photographie du moulin au temps d'Eugène PIERRE, si on en croit le tampon au verso de l'ancienne carte postale : "MOULIN DU PONT-DE-PIERRE -  E. PIERRE (à moitier effacé) - BELLEFONTAINE (Vosges) ". Carte achetée en mars 2013.

 

Moulin Pont de Pierre 003

 

 

Repost 0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 09:33
Sur le territoire de la commune de Bellefontaine, six moulins à grains fonctionnaient au milieu du XIXème siècle.
L'un d'entre eux était situé au lieu-dit "Belle-Croix". Il était la propriété de la famille Arnould.

Carte IGN situant le moulin Arnould et les autres moulins de Bellefontaine :

Moulin-Bellef_IGN_3.jpg


Ce moulin utilisait donc la force de l'eau du ruisseau du Pont Jeanson, 1km en aval environ, d'un autre moulin bien connu à Bellefontaine : le Moulin du Pont de Pierre.

Le dernier propriétaire du moulin a été M. Marcel Arnould (1911-1984), la roue hydraulique fonctionnait encore dans les années 1950-1960. M. Arnould y entretenait encore le bief.
Mais malheureusement la toiture du moulin s'est effondrée. C'est le début des dégradations qui ont conduit ce moulin à la ruine.

Sur la photo suivante, vous apercevez le Pont des Chats : la prise d'eau du moulin était au niveau de ce pont.

Le-PONT-DES-CHATS--entree-du-bief---640x480-.jpg
Il y a environ 25-30 ans, la DDE en réparant ce pont, a bouché la deuxième arche du pont par laquelle était prélevée l'eau de la rivière pour alimenter le moulin.

Sur ces photos, vous voyez les ruines du Moulin Arnould. La forêt a repris ses droits dans le vallon du ruisseau du Pont Jeanson.

Moulin-de-la-Belle-Croix--2---640x480-.jpg
Moulin-de-la-Belle-Croix--3---640x480-.jpg

Moulin-de-la-Belle-Croix--1---640x480-.jpg

 Belle Croix 1948
  Vue aérienne de Belle Croix (et les Duchênes) en 1948. On y voit bien le moulin Arnould au centre...
source : geoportail.gouv.fr (couche affichée : "prises de vues aériennes") 
Je tiens à remercier M. Yvan Arnould, descendant des meuniers Arnould de Belle-Croix, pour m'avoir donner ces informations précieuses et de m'autoriser à publier ses photos.

 Si comme M. Arnould, vous possédez des informations sur un moulin du secteur de Plombières, Bellefontaine, Le Val d'Ajol (...), et que vous voulez les partager, n'hésitez pas à me contacter et je consacrerai un article sur votre moulin. Merci d'avance
Repost 0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 13:09

1. Le contexte du moulin :

 

Comme nous l'avons vu par ailleurs, de nombreux petits moulins existaient dans ce secteur des Vosges Saônoises.

Malheureusement, beaucoup d'entre eux ont disparu aujourd'hui. La majeur partie avaient été édifiés au milieu du XIXème Siècle et ont été utilisés jusqu'entre les deux guerres voir jusqu'au début des années 50.

La désertification rurale ainsi que les changements de productions agricoles et l'industrialisation des productions de farine (développement des minoteries) ont sonnés le glas de ces microstructures qui ne fournissaient en farine que les quelques habitations aux alentours. Elles étaient souvent accolées à une ferme et le fermier ne vivait pas exclusivement du moulin.

N'oublions pas que nos campagnes étaient assez pauvres à cette époque et que les terres étaient peu fertiles. D'ailleurs, la production de céréales se limitait au sarrasin (ou blé noir) : connu pour être cultivé dans les régions à sols pauvres et acides.

Le moulin des Charrières, situé au hameau éponyme, a été de ceux là. Il n'y a pas si longtemps que je connais son existence. En effet, il ne figure pas sur la carte IGN au 25/000ème, le cadastre ne mentionne pas sa trace (ni en tant que ruine, ni en tant que nom de lieu-dit par exemple), et il ne semble pas avoir existé au temps des cartes de Cassini (vers 1760).

C'est grâce à un message d'une personne visitant ce petit blog que j'en ai appris l'existence et je l'en remercie.

Le site géoportail propose, depuis quelques mois, la visualisation d'une nouvelle "couche" très intéressante : "Minutes Etat Major 1/40000" qui n'est autre que les relevés qui ont servit à l'élaboration de la carte d'Etat Major au 1/80 000ème entre 1825 et 1866.

Or, le moulin des Charrières est bien recensé sur cette carte (noté M), visible aux coordonnées approximatives suivantes (Réseau Géodésique Français 93) : X06°28'46,8"E ; Y47°56'28,0"N.

 

Moulin-Charriere_carte-etat-major-3-.jpgImage 1 : Le hameau des Charrières et environs, extrait du site géoportail.fr, carte minute Etat Major

 

Moulin Charrière carte état major(1)Image 2 : zoom sur le hameau des Charrières et sur son moulin (source : géoportail.fr)

 

On remarque qu'il était constitué du bâtiment en lui-même et d'un petit étang juste au-dessus.

Alors la curiosité me prenant, en novembre dernier, je suis allé me promener sur le site afin de voir les traces de ce petit moulin...

 

Les Charrières vue aérienne 1949Image 3 : Vue aérienne des environs des Charrières en 1949 (source : IGN)

 

Sur cette vue aérienne, on remarque ce qui doit être la retenue du moulin, mais il est difficile de distinguer le bâtiment en lui-même...

Pour info : L'IGN met à disposition gratuitement - en téléchargement et/ou visualisation - plusieurs vues aériennes anciennes, pour cela rendez-vous sur ce site : link


2. A la découverte de l'ancien moulin.

 

Départ de ma ballade à la Feuillée Nouvelle (très beau panorama sur les vallées de la Combeauté et du ruisseau de Méreille) où, depuis ce mois de décembre 2011, l'ancien hôtel a été démoli (il menaçait ruine, une autre page se tourne...).

 

 

Carte-IGN_Charrieres-2-.JPG

Image 4 : Carte IGN actuelle des environs du hameau des Charrières (source : géoportail.fr)

 

J’emprunte alors l’ancienne route de Plombières au Val d’Ajol. Dans la forêt, en contrebas de la Feuillée, je rejoins le vallon du ruisseau où le moulin doit être situé. Puis je remonte progressivement ce petit ruisseau à la recherche des vestiges. On remarque que le boisement date de ces dernières décennies (années 50 à 70), il y a encore de nombreux murets (ou « meurgers »comme on dirait ici). Ils marquaient autrefois les limites de parcelles.

Après quelques minutes, j’arrive à la lisière du bois (côté hameau des Charrières) et j’aperçois d’abord une ancienne retenue à moitié en eau et envasée, puis les ruines du moulin avec le soubassement des quatre murs en pierre de taille. On remarque encore le passage de l’arbre (axe) de la roue ainsi que l’aménagement du petit canal de fuite. Le moulin est situé en pleine forêt, des arbres sont enchevêtrés sur ses murs, la végétation a complètement repris ses droits.

 

Quelques photos de ma ballade :

 

Photo0509.jpgImage 5 : ancienne retenue du moulin

 

Photo0514.jpgImage 6 : ruine du moulin (ancienne fosse et passage de l' axe de la roue)

 

Photo0515.jpgImage 7 : ruine du moulin suite...

 

Photo0516.jpgImage 7 : ruine du moulin suite et fin.

 

Première constatation : ce moulin devait être à la taille du ruisseau qui le faisait tourner, on imagine un mécanisme simple avec une paire de meules, à l'image de tous ces petits moulins qui existaient partout dans nos campagnes.

Le ruisseau prend naissance dans les prés humides des « Charrières », juste au-dessus du moulin, il descend ensuite le vallon, en contrebas de la RD20 et de la Feuillée Dorothée, il se dirige vers la "route des Breules" qu’il traverse à « la Fosse », il arrive ensuite « aux Granges » de la Banvoie, puis traverse le hameau de « la Croix » pour arriver dans le secteur des « Meiges », il rejoint la Combeauté près du square du Moulin (ancien Moulin Rappenne - usine Bezanson).

Repost 0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 19:13

Extrait d'une carte d'Etat Major de 1905 (mise à jour en 1911) du secteur du Val d'Ajol - La Montagne - La Longine - Corravillers - Rupt sur Moselle (Maxonchamp-Lépange).

  Val-d'Ajol Carte 1911

 

 

Source : avuxon.fr - site sur Le Pays de Remiremont

 

Les cartes d'Etat Major sont très utiles pour localiser les moulins, scieries et autres usines qui ont existés dans le secteur. Elles ont été levées dès le début du XIXème S. et utilisée jusqu'au milieu du XX ème S. Les cartes de l'IGN ayant pris le relais par la suite (dès 1940).

Une des première carte qui peut notamment nous renseigner sur les moulins, c'est la carte de Cassini. Elle fut dressée par la famille Cassini (par ordre de Louis XV) vers le milieu et fin XVIIIème S. C'est la première carte de France.

Elle peut être visonner librement sur le site  Géoportail.fr ou le site http://cassini.ehess.fr

En Lorraine, nous avons aussi la carte des frères Naudin, visible sur le site http://www.chr-lorraine.fr/naudin/

Cette carte est assez semblable à la carte de Cassini, elle fut levée de 1728 à 1739.

Repost 0
Published by Nico88 - dans Cartes anciennes
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 13:32

Un outil très intéressant et performant est mis en place par les Archives Départementales des Vosges pour toute personne s'intéressant à la généalogie.

 

En effet, on y retrouve des documents numérisés tels que :

* des Registres paroissiaux (période : 1435-1792),

* des Registres d'état civil (période : 1793-1905),

* des Tables décennales (période : 1793-1892),

 * des Recensements de population (période : 1836-1906).

 Pour ma part, les recensements de 1886, 1896, 1901 et 1906, m'ont permis de retrouver des propriétaires de moulins à Bellefontaine.

Vous trouverez, ci-joint, une liste évolutive de ces familles, classées par année de recensement :

 


RECENSEMENT DE 1886 :


Au Pont Poirot :

Célestin PETITJEAN - 69 ans - meunier, marié à Marie Rosalie ANTOINE - 68 ans : originaires du Hariol, au Val d'Ajol, comme le montre notamment l'acte de naissance de leur fils Célestin Auguste (né le 26 mai 1853 au Hariol aussi), cultivateurs de leur état à cette époque et meuniers lors du mariage de leur fils en 1881 (voir ci-dessous).

Fils :  Célestin Auguste PETITJEAN - 33 ans - meunier, marié à Marie Magdeleine FREMIOT  - 38 ans (originaire du Ménil, à Bellefontaine) : mariage le 26 octobre 1881 à Bellefontaine, et présenté comme meunier à cette époque au Pont Poirot.

Leurs Filles : Marie Julie et Marie Amélie 28 et 30 ans.

Leur Petit-fils : Célestin Marie - 1 an

Leur petite-fille : Gabrielle Marie - 1 mois

Au Blanc Murger : 

Alphonse HAQUARD  - 32 ans -  Scieur de long, marié à Marie Lucie MELINE - 30 ans

Haut de Bellefontaine : 

Firmin ARNOULD - 38 ans - meunier, marié à Eugénie DEMONET - 33 ans (née à Xertigny), mariés le 05 juin 1872 à Bellefontaine et cultivateurs aux Viaux à cette époque.

Les Maisons de Raon :

 Augustin DESCHASEAUX - 43 ans - meunier, marié à Sidonie JOLY - 34 ans


RECENSEMENT DE 1896 :


Au Pont Poirot :

 

Auguste PETITJEAN - 42 ans - meunier, marié à Marie Magdelaine FREMIOT  - 47 ans

2 enfants

+ 2 domestiques

+ 1 ouvrier meunier : Jules JUPPONT - 32 ans (originaire des Granges à Xertigny, marié en 1887 à Julie GERARDIN)

 

Au Blanc Murger :

Alphonse HAQUARD  - 42 ans -  Scieur de long, marié à Marie Lucie MELINE - 40 ans

 

Le Marbre, Maries-Jeannes, Pont de Pierre :

Blaise Félicien VALENTIN - 40 ans - meunier, marié à Marie Césarine COUNOT - 39 ans

+ 1 employer : Joseph Augustin BONNARD - 45 ans - farinier

 

J'ai retrouvé l'acte de naissance de Georges Jules Auguste SAIRE, daté du 06 novembre 1890 (décédé à Verdun le 15 novembre 1973), qui donne comme meunier au Pont de Pierre son père : Jules Edmond SAIRE.

Nous remarquons que les SAIRE sont des familles de meunier, car nous en retrouvons notamment à Fougerolles (moulin Saire : bien connu à Fougerolles-le-Château), ou aussi aux Boulottes au Val d'Ajol : Gabriel SAIRE et donc au Pont de Pierre à Bellefontaine.


 RECENSEMENT DE 1901 :


Au Pont Poirot :

 

Auguste PETITJEAN - 48 ans - meunier, marié à Marie Magdelaine FREMIOT  - 52 ans

+ 1 ouvrier meunier : Camille BAUMONT- 38 ans

 

Au Blanc Murger :

Alphonse Marie HAQUARD  - 47 ans -  Sagard pour l'entreprise De Pruines, marié à Marie Lucie MELINE - 45 ans

+ 1 fils sagard pour de Pruines : Paul Emile HACQUARD - 19 ans

 

Duchênes, Pont de Pierre :

Félicien VALENTIN - 45 ans - meunier, marié à Césarine COUNOT - 44 ans (1 fille Ernestine 19 ans et le beau père Nicolas COUNOT 74ans)

+ 1 employer : Joseph BONNARD - 50 ans - garçon meunier

 

Aux Viaux-Duchênes :

 Firmin ARNOULD - 53 ans - meunier, marié à Eugénie DEMONET - 49 ans

+ son père : Martin ARNOULD - 81 ans

+ 2 pensionnaires : Charles et Joséphine COUVAL - 2 ans et 7 mois

 

Maisons de Raon :

 Nicolas VERTU - 59 ans - meunier, marié à Marie Léopoldine JEANPIERRE

+ 1 fils : Louis - 27 ans - garçon meunier


 RECENSEMENT DE 1906 :


Au Pont Poirot :

 

Auguste PETITJEAN - né en 1853 au Val-d'Ajol - meunier, marié à Marie Magdelaine FREMIOT  - née en 1848 à Bellefontaine

+ 1 ouvrier meunier : Paul THIEBAUT - né en 1888 à Dounoux

 

Au Pont de Pierre :

Félicien VALENTIN - né en 1855 à Bellefontaine - meunier, marié à Césarine COUNOT - née en 1856 à Bellefontaine

+ son beau-père : Nicolas COUNOT - né en 1827 à Bellefontaine

 


 

 En étudiant les recensements, on remarque que les informations fournies par ceux-ci ont légèrement évolué (notamment sur le détail des lieux-dits et hameaux de la commune). On remarque, par exemple que pour Firmin Arnould, je le retrouve dans les recensements de 1886 et 1901, mais pas dans celui de 1896 (idem pour Félicien Valentin en 1896 et 1906, mais pas en 1901). Erreur de ma part? à vérifier!

 

Autre fait intéressant (un peu hors sujet) que j'ai trouvé par hasard : l'immigration italienne semble avoir gagnée Bellefontaine. En effet, j'ai trouvé qu'une famille italienne était installée aux Viaux en 1906: les MALAVOLTA, ils exerçaient le métier de carrier, avec un père - Balthazar - né à Cavezzo, en Italie ; sa femme - Joséphine BATTU - et les 5 enfants nés à Saulxures-sur-Moselotte et un employé italien de la commune de Mezzano (Nord-est de l'Italie) : Antoine CONTINI.

 

màj : 25/02/2014

Repost 0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 09:32
Le 26 septembre dernier, la municipalité du Val d'Ajol dévoilait les lauréats du "Grand concours de la Roue".
Les lots étaient de 150, 200 et 1500 euros pour le gagnant.

Il y a eu 24 projets reçus par le jury.

Le premier prix, doté de 1.500 Eur. a été remporté par :

Francis PIERRE, habitant la Baffe et ajolais de naissance.

 

Le second prix a été remporté par :

Le duo Roméo GOUTTIERE et Pauline TOUSSAINT de Vandoeuvre Lès Nancy

 

Le Troisième prix a été remporté par :

Le duo Florent PETITHORY et Thibaut ROSETTE de Lure.


Source : link

Vous pouvez visualiser l'ensemble des projets sur le site : link



Félicitations à tous!
Repost 0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 14:35

La commune du Val d'Ajol lance un concours d'idées artistiques pour accoupler une roue à mécanisme, une sculture ou tout autre automate.

 

Depuis 1993, date à laquelle le Moulin Rapenne (ex-usine Bezanson) a été démoli, la commune du Val d'Ajol a aménagé le site en un square ("Square du moulin" : cela ne s'invente pas!).

Depuis 2007, une roue à eau a été implantée dans ce square pour symboliser l'énergie hydraulique qui est, depuis les temps immémoriaux, utilisée dans la vallée de la Combeauté.

 

 

Photographie : Le square traversé par le canal et sa roue.

 

 

Rappel : Pour la petite histoire, en 1890, la commune du Val d'Ajol ne comptait pas moins de dix moulins, neufs scieries, une huilerie, une filature de coton occupant 190 ouvriers, une filature de laine, trois tissages avec deux cents métiers, deux usines métallurgiques de 180 ouvriers, une teinturerie, deux brasseries.

Toute ces industries utilisaient l'énergie de la Combeauté et de ses affluents.

 

 

Photographie : La scierie du Breuil vers 1900

 

Sans compter qu'à partir du début du XXème Siècle, beaucoup de fermes du secteur utilisaient le moindre ruisseau, la moindre goutte, et autres ruisselets pour produire sa propre électricité (par l'intermédiaire de turbines ou de roues à eau). Aujourd'hui encore, on peut observer autour de ces fermes des petites retenues d'eau et des petits bâtiments qui renfermaient les turbines.

 

Pour revenir à notre sujet : la commune du Val d'Ajol lance donc un appel à tous ceux qui ont des idées, pour proposer un mécanisme mû par la force de l'eau et de la roue.

 

Ce concours est ouvert à TOUS jusqu'au 30 juin 2009 inclus.

Les résultats seront connus le 19 septembre 2009.

 

Des prix de 150, 200 et 1500 euros seront décernés du 3ème au 1er

 

 

LIENS :

Ø Pour plus de renseignement, visitez le site de la ville : link

Ø Ou directement le site du concours et son règlement en téléchargement : link

Ø Si vous voulez plus de photos du square et de la roue : link

 

 

Alors, à vos méninges!

Et Bonne chance aux participants !!!

 

 

Repost 0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 17:49

Voici le moulin du Pont de Pierre tel qu'on pouvait le voir au début du XXème siècle.

Aujourd'hui, le moulin n'existe plus en tant que tel, mais la bâtisse est toujours visible, le canal d'amené est rebouché, mais il se devine encore.

Il semblerait qu'il n'existait pas à l'époque de l'élaboration des cartes de Cassini (vers 1760), on l'aperçoit cependant sur les cartes d'Etat Major du XIXème Siècle.
Il est resté quelques années sans occupant (le mécanisme était encore dedans), mais depuis les années 2000, il est habité et a été réaménagé.

Si quelqu'un connait son histoire n'hésiter pas à laisser des commentaires, merci!

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de @@Nico88@@
  • Le blog de @@Nico88@@
  • : Ce blog a pour but de mieux connaître le patrimoine qui nous antour. Passionné de moulin, je veux évoquer par ce blog l'histoire de ceux-ci dans la région du sud des Vosges (et du nord Haute-Saône).
  • Contact

Recherche

Liens